0

Mieux vivre un décès, apprendre à faire le deuil dans LA MORT ***** (qu'est-ce que la mort? qu'est-ce qu'on fera quand on sera mort? mieux vivre un décès, prières) 309893_300674056609338_100000002373078_1320825_1795423111_n

Quand un être cher (humain ou animal) nous quitte, c’est toujours très douloureux. Les liens tissés au fil de la vie sont si forts qu’il y a une grosse perte d’énergie pendant ces moments-là. Et si ce lien était karmique, c’est à dire si la personne aimée l’avait été dans plusieurs vies, c’était un véritable déchirement intérieur.

Cependant, s’ouvrir, croire en l’au-delà, savoir ce qui se passe APRES aide grandement.

En fait ceux qui partent, partent juste dans le monde invisible qui est avec nous et  pas toujours au ciel. On monte dans la dimension supérieure, la 5ème, quand on est une vieille âme qui a terminé son cycle terrestre. Dès qu’on cessera de respirer, notre âme sortira par le petit trou qu’ont les bébés à la naissance et au sommet du crâne appelé: fontanelle. On verra alors les moments forts de notre existence défiler et pour la plupart d’entre nous, nous aurons alors l’impression que nous n’avons pas fait grand chose sur terre, que nous n’avons pas été comme il fallait, que nos vies n’ont pas été utiles etc… Une fois dans l’au-delà, les défunts entendent les voix des guides de la 5ème dimension appelés Grands, qui les guident et les voix de leur famille céleste, c’est à dire toutes les personnes qu’ils ont aimé et apprécié plusieurs vies durant, sont là pour les accueillir avec joie et amour. Et il y a parmi eux, notamment pour les enfants ou veufs et veuves, l’âme des parents ou de l’époux et épouse. Ces âmes sont un lien très fort qui fait grand bien à celui qui est parti et lui permettent d’atténuer ses peines. Il est donc moins en souffrance que les incarnés qu’il a quitté. Il a alors comme toujours mais plus nettement un lien avec les âmes de l’au-delà de ceux qu’il a aimé et un lien avec ceux restés dans la matière. Sachant que ces âmes ont l’aspect physique de leur vie d’avant. Mais dans l’au-delà, on sait de suite à qui on a à faire, même si c’est une très lointaine connaissance.

Cela se passe ainsi dans le meilleur des cas, car ce n’est pas ainsi pour tout le monde, les traumatisés, les perturbés, les fous, les athés purs et durs,  les suicidés, les tueurs, les violeurs, les maudits, les dépressifs ont plus de difficultés quand ils arrivent dans l’au-delà. Ils ont rendez-vous avec leur conscience par rapport à tout ce qu’ils ont fait et vécu. On ne  nous juge pas, on ne nous punit pas dans l’au-delà, c’est l’être qui se retrouve face à lui même et au mal qu’il a pu faire, ou face à son malheur. Il est conseillé, aidé, il peut être purifié de ses fautes mais c’est à lui de changer et de s’engager pour  une meilleure incarnation. La vie est juste, celui qui a fait du mal souffrira à son tour tôt ou tard, celui qui a fait du bien sera récompensé tôt ou tard. C’est la loi du choc en retour.

Puis on vit l’instant de l’illumination qui est un état de grâce divine et de grande beauté,  plus ou moins long selon la spiritualité de la personne. Cela pour nous montrer la vie sacrée et suprême dans ce qu’elle a de plus pur et de plus beau, c’est un émerveillement extraordinaire qui nous montre combien la vie est sublime.

Par la suite, la personne va changer d’aspect physique, elle retrouvera l’apparence de sa jeunesse entre 18 et 30 ans environ.

Dans l’au-delà nous avons tous, la partie supérieure de notre âme, appelée soi-supérieur qui nous attend, cette partie de notre âme, très active par ailleurs, a l’apparence de notre jeunesse de la vie avant celle-ci. A notre mort, elle prend l’aspect de la jeunesse de notre vie actuelle. C’est pour cela que la majorité d’entre nous a toujours l’impression d’avoir 20 ans même si elle en a 70! C’est l’âge de notre âme. Les enfants qui meurent dans la majorité des cas, ne voulaient pas vivre sur Terre souvent à cause de karmas très difficiles. Pareil pour les animaux qui meurent jeunes.

Le jour des funérailles, les désincarnés(ées) sont là, souvent aux côtés de leur époux(se), ou parents, ils assistent à leur cérémonie et regardent dans le cerveau des gens, ceux qui les ont vraiment aimé et apprécié.

Ce qui est sûr c’est qu’il n’y a personne dans les cimetières, ils sont toujours avec nous, sauf les âmes errantes. Les cimetières sont comparables à des casses automobile, où l’on dépose notre véhicule terrestre quand il ne marche plus.

Etre incinéré, ou inhumé n’a aucune importance, le corps est vide, dépourvu de vie et de sensations!. Pensons donc aux dons d’organe.

Le plus dur à vivre pour ceux qui deviennent invisibles, c’est quand on les oublie, c’est de nous parler par télépathie bien sûr, de nous toucher et qu’on ne les entende pas, ni ne les sente. Alors parlez-leur, dites-leur que vous savez qu’ils sont là et que vous les aimez, ce sera énorme pour eux. Vous imaginez le nombre de gens parti et auxquels on ne pense plus parce qu’on croit qu’ils ont disparu pour toujours!?. Et la peine et la grande déception pour les désincarnés qui continuent de vivre à leurs côtés?.

Pour aider ceux qui partent, de manière efficace, ceux qui font ce petit passage d’environ une heure avant d’arriver dans l’au-delà, ce moment si effrayant et douloureux pour beaucoup, mais qui d’après Le peintre Salvadore Dali, est enfantin: il faut être en paix, dans un grand respect pour leur vie écoulée et une grande tendresse. Il faut savoir que notre chagrin, notre peine profonde, leur fait aussi du mal et pompe leur énergie (l’âme est 100% énergie), en fait ça ne les aide pas à bien s’adapter à leur nouvelle dimension. Il faut donc, être le plus en paix possible, leur témoigner notre tendresse et notre amour car ils nous entendent et ils nous voient exactement comme nous le faisons.

Prier le « notre Père » ou » je vous salue Marie » apaise.

Et puis des semaines plus tard, pour leur plus grand bonheur, il faudra partager toutes joies, et la grâce d’exister, toujours dans une grande tendresse. Notre bonheur leur fait le plus grand bien!. Mais il faut savoir que les désincarnés ne vivent que dans le présent, inutile de leur demander si ils se souviennent de ceci ou de cela.

Essayer de les ressentir, les tire en arrière, pompe leur énergie, il ne faut pas le faire.

Ensuite dans votre quotidien, soyez convaincus avec certitude, qu’ils sont (humains et animaux) avec vous jusqu’à la fin de votre vie et qu’ils vous accueilleront avec tant d’autres, quand vous serez de retour à la maison du Père. Vous devez accepter ce départ et passer à autre chose, soyez sûr(e) que la vie peut encore être belle.

Chaque fois que vous pensez à eux (humains et animaux), comme vous êtes reliés pour toujours, ils le savent instantanément et viennent à vous à la vitesse de la lumière, si vous les appelez et que vous souhaitez leur parler. S’ils se réincarnent avant votre retour, la partie supérieure de leur âme qui reste dans l’au-delà et qui est reliée au cosmos et à la connaissance universelle, captera toujours vos pensées et vos appels. Vous pouvez donc, communiquer avec la partie supérieure de l’âme de la personne que vous aimez et que vous avez « perdu ».

Quelques semaines après le départ pour la maison du Père, lumière de la lumière, vous pouvez avoir des petits signes de la part de la personne que vous aimez: un oiseau qui vient souvent, une lampe qui s’éteint et qui s’allume, des chatouillis dans les cheveux, un rêve où cette personne vous parle, des frissons… Il y en a plein!!Tout dépend de votre degré de réceptivité.

Je communique avec les vivants de l’au-delà depuis des années, je sais maintenant comment ça se passe. Je suis heureuse de partager cette vérité concernant la vie après la vie! Il est temps de vivre la mort autrement!!!.

Voici un joli message de départ éclairé, d’une indienne inconnue

 « Quand je ne serai plus là, relâchez-moi. Laissez-moi partir. J’ai tellement de choses à faire et à voir. Ne pleurez pas en pensant à moi.

Soyez reconnaissants pour les belles années que nous avons partagées.

Je vous remercie de l’amour que vous m’avez chacun démontré. Maintenant, il est temps de voyager seule.

Depuis mon départ, vous pouvez avoir de la peine. La confiance vous apportera réconfort et consolation. Nous serons séparés pour quelque temps. Laissez les souvenirs apaiser votre douleur.

Je ne suis pas loin et la vie continue… Si vous avez besoin, appelez-moi et je viendrai.

Même si vous ne pouvez pas me voir ou me toucher, je serai là. Et si vous écoutez votre coeur, vous éprouverez clairement la douceur de l’amour que j’apporterai.

Et quand il sera temps pour vous de partir, je serai là pour vous accueillir ».

Si vous avez besoin d’aide lors d’un deuil difficile pour vous, je pourrai vous aider: contact@lacompassion.net

 

Tags: ,

Laisser un commentaire



christestseigneur |
Le journal de la Grenouille |
israel12 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Source de Vie
| courspdv
| paroissesaintemariemadeleine