0

Ma conversation avec la Joconde dans MA CONVERSATION AVEC LA JOCONDE mona_lisa_by_leonardo_da_vinci_from_c2rmf_retouched

Elle s’appelait Florentine Lisa Ghérardini.

La voici qui me raconte son histoire:

« Je suis surprise qu’on m’appelle car en général personne ne m’appelle. Je suis tout à fait une toute petite au sein de milliards d’êtres et je suis très étonnée que vous ayez eu une pensée pareille. C’est vrai que tout le monde admire la Joconde mais personne ne s’intéresse au personnage même qui a été peint.

Je peux dire une chose c’est que j’ai été extrêmement heureuse quand j’ai rencontré Léonard de Vinci. C’était un être qui avait vraiment une telle lumière, une telle tranquillité, une telle spiritualité qui émanait de lui avec un grand naturel. Il n’avait que bonté, générosité et n’aimait que la beauté. Il était dans la grâce intérieure la plus belle alors ça m’avait donné beaucoup de bonheur, beaucoup de joie!. Je m’étais laissée allé avec tranquillité et j’étais sûre d’ailleurs qu’il ferait un tableau qui serait apprécié de tous. Il avait une telle capacité de donner, de savoir donner ce qu’il y a de plus lumineux en tout. Dans l’art il a fait un travail extraordinaire et je dois dire que je le ressentais et cela me donnait une grande satisfaction. J’étais tout à fait tranquille moi-même, j’avais une grande volonté de ne pas faire de grands éclats dans la vie, je voulais surtout la paix, et le repos intérieur. Alors on se sentait vraiment tranquilles et heureux ensemble.

C’est une lumière qui me donne beaucoup de joie ce soir parce que je retrouve ces moments-là avec tellement de satisfaction que ça illumine mon esprit, je me sens beaucoup plus heureuse qu’avant. Je remercie pour cette pensée que vous avez eu pour m’appeler parce que j’ai évidemment continué mes vies, ça c’est certain, j’ai eu 2 vies après celle-ci. Dans ma dernière vie j’étais en Italie aussi mais je m’ennuyais, je m’ennuyais!!! je n’arrivais jamais à trouver un intérêt pour quoi que ce soit. Et du coup j’ai eu beaucoup de mal à me redresser en arrivant dans l’au-delà mais depuis ça va mieux et je m’intéresse maintenant à beaucoup de choses. J’ai donc eu une grande période où pour moi l’au-delà c’était le cafard!.

Cet appel m’a redonné un élan, ça me rappelle que toute cette période que j’ai vécu et qui avait été magnifique parce que j’étais extrêmement privilégiée, j’étais dans une famille de nobles et je ressentais la vie avec une grande satisfaction, car tout venait vers nous, on était les seigneurs du village. On était dans le bonheur!.

La vie d’après je n’ai pas été très heureuse, j’étais dans le sud du Maroc, c’était une vie dure et difficile dans un pays arriéré même si les gens étaient gentils avec moi, mais j’ai perdu confiance et courage et c’est pour ça que ma vie d’après en Italie a été morose.

C’est mon père qui avait demandé cette peinture à Léonard de Vinci, et il avait décidé que ce serait moi car j’étais la plus jeune des enfants et il me trouvait très jolie. J’avais 19 ans, lui n’était pas marié et avait 47 ans, c’était en 1503 et cela a duré 3 ans et demi. Mon père était riche et il savait que Léonard de Vinci était un peintre remarquable, alors il lui a demandé cette peinture. J’y allais à peu près tous les 4, 5 jours toujours habillée pareil et je prenais la même pause et il me gardait environ 3/4 d’heure.

Je n’ai rien à voir avec le nom de la Joconde. Par la suite ce tableau s’est égaré quelques temps dans un petit village où il était gardé avec précaution par ce qu’on savait que c’était une merveille, par un homme qui n’avait aucune culture. On lui avait demandé de garder plusieurs tableaux mais il ne voulait que ce qu’il voulait alors il avait décidé que ce tableau s’appellerait La Joconde. François 1er, lui, connaissait le tableau quand il portait mon nom de famille. Le tableau est resté 4 ans chez lui et il a été restitué par la suite à des nobles.

A cette époque là je me suis ensuite mariée et j’ai eu 4 enfants. Les 4 enfants ont eu en héritage des tableaux différents et c’est ma fille aînée qui a reçu ce tableau-là mais elle, elle était dans la volonté de vendre car il fallait toujours qu’elle ait de l’argent, elle était fofolle, complètement indifférente aux objets, à l’Art, donc elle l’a vendu.

Après il a été dans les mains de personnes qui ont reconnu que c’était un art remarquable, des gens qui s’intéressaient à l’art avec tellement de passion qu’ ils ont contacté la royauté de manière à faire passer ça à François 1er.

Léonard de Vinci n’a pas cherché à ce que mon regard soit suivi de n’importe où. Ce tableau était tout à fait ressemblant.

Le fait que ce tableau soit le plus célèbre au monde ne me fait pas grand chose, moi maintenant j’essaie d’apprendre beaucoup de choses, de comprendre des choses que je n’avais jamais acquises intérieurement, pour évoluer, pour être plus apte à traiter ma future vie car je n’ai pas eu dans ces 2 dernières vies, une éducation très éveillée.

Je sais que Léonard de Vinci s’est réincarné en Sri Aurobindo, je ne l’ai pas retrouvé, ni rencontré depuis mais après notre communication je vais le contacter intérieurement parce que c’est un être qui m’avait donné tellement! tellement de lumière. Je sais que sa spiritualité n’a fait qu’augmenter.

Je conserve cette joie d’avoir rencontré cet être qui était tellement lumineux et remarquable. Il était déjà célèbre à l’époque et il avait fait de nombreux tableaux et des sculptures remarquables qui n’ont pas été retrouvées. C’était un être remarquable sur tous les plans.

Tu m’as fait de la joie et je te remercie de ton idée. Merci beaucoup ma petite fille. »

Ces retrouvailles vont lui donner beaucoup de gaieté, c’est ce qui lui manquait.

Tags: , , , , , ,

Laisser un commentaire



christestseigneur |
Le journal de la Grenouille |
israel12 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Source de Vie
| courspdv
| paroissesaintemariemadeleine