Archive | LA MORT ***** (qu’est-ce que la mort? qu’est-ce qu’on fera quand on sera mort? mieux vivre un décès, prières) RSS feed for this section

Mieux vivre un décès, apprendre à faire le deuil

Mieux vivre un décès, apprendre à faire le deuil dans LA MORT ***** (qu'est-ce que la mort? qu'est-ce qu'on fera quand on sera mort? mieux vivre un décès, prières) 309893_300674056609338_100000002373078_1320825_1795423111_n

Quand un être cher (humain ou animal) nous quitte, c’est toujours très douloureux. Les liens tissés au fil de la vie sont si forts qu’il y a une grosse perte d’énergie pendant ces moments-là. Et si ce lien était karmique, c’est à dire si la personne aimée l’avait été dans plusieurs vies, c’était un véritable déchirement intérieur.

Cependant, s’ouvrir, croire en l’au-delà, savoir ce qui se passe APRES aide grandement.

En fait ceux qui partent, partent juste dans le monde invisible qui est avec nous et  pas toujours au ciel. On monte dans la dimension supérieure, la 5ème, quand on est une vieille âme qui a terminé son cycle terrestre. Dès qu’on cessera de respirer, notre âme sortira par le petit trou qu’ont les bébés à la naissance et au sommet du crâne appelé: fontanelle. On verra alors les moments forts de notre existence défiler et pour la plupart d’entre nous, nous aurons alors l’impression que nous n’avons pas fait grand chose sur terre, que nous n’avons pas été comme il fallait, que nos vies n’ont pas été utiles etc… Une fois dans l’au-delà, les défunts entendent les voix des guides de la 5ème dimension appelés Grands, qui les guident et les voix de leur famille céleste, c’est à dire toutes les personnes qu’ils ont aimé et apprécié plusieurs vies durant, sont là pour les accueillir avec joie et amour. Et il y a parmi eux, notamment pour les enfants ou veufs et veuves, l’âme des parents ou de l’époux et épouse. Ces âmes sont un lien très fort qui fait grand bien à celui qui est parti et lui permettent d’atténuer ses peines. Il est donc moins en souffrance que les incarnés qu’il a quitté. Il a alors comme toujours mais plus nettement un lien avec les âmes de l’au-delà de ceux qu’il a aimé et un lien avec ceux restés dans la matière. Sachant que ces âmes ont l’aspect physique de leur vie d’avant. Mais dans l’au-delà, on sait de suite à qui on a à faire, même si c’est une très lointaine connaissance.

Cela se passe ainsi dans le meilleur des cas, car ce n’est pas ainsi pour tout le monde, les traumatisés, les perturbés, les fous, les athés purs et durs,  les suicidés, les tueurs, les violeurs, les maudits, les dépressifs ont plus de difficultés quand ils arrivent dans l’au-delà. Ils ont rendez-vous avec leur conscience par rapport à tout ce qu’ils ont fait et vécu. On ne  nous juge pas, on ne nous punit pas dans l’au-delà, c’est l’être qui se retrouve face à lui même et au mal qu’il a pu faire, ou face à son malheur. Il est conseillé, aidé, il peut être purifié de ses fautes mais c’est à lui de changer et de s’engager pour  une meilleure incarnation. La vie est juste, celui qui a fait du mal souffrira à son tour tôt ou tard, celui qui a fait du bien sera récompensé tôt ou tard. C’est la loi du choc en retour.

Puis on vit l’instant de l’illumination qui est un état de grâce divine et de grande beauté,  plus ou moins long selon la spiritualité de la personne. Cela pour nous montrer la vie sacrée et suprême dans ce qu’elle a de plus pur et de plus beau, c’est un émerveillement extraordinaire qui nous montre combien la vie est sublime.

Par la suite, la personne va changer d’aspect physique, elle retrouvera l’apparence de sa jeunesse entre 18 et 30 ans environ.

Dans l’au-delà nous avons tous, la partie supérieure de notre âme, appelée soi-supérieur qui nous attend, cette partie de notre âme, très active par ailleurs, a l’apparence de notre jeunesse de la vie avant celle-ci. A notre mort, elle prend l’aspect de la jeunesse de notre vie actuelle. C’est pour cela que la majorité d’entre nous a toujours l’impression d’avoir 20 ans même si elle en a 70! C’est l’âge de notre âme. Les enfants qui meurent dans la majorité des cas, ne voulaient pas vivre sur Terre souvent à cause de karmas très difficiles. Pareil pour les animaux qui meurent jeunes.

Le jour des funérailles, les désincarnés(ées) sont là, souvent aux côtés de leur époux(se), ou parents, ils assistent à leur cérémonie et regardent dans le cerveau des gens, ceux qui les ont vraiment aimé et apprécié.

Ce qui est sûr c’est qu’il n’y a personne dans les cimetières, ils sont toujours avec nous, sauf les âmes errantes. Les cimetières sont comparables à des casses automobile, où l’on dépose notre véhicule terrestre quand il ne marche plus.

Etre incinéré, ou inhumé n’a aucune importance, le corps est vide, dépourvu de vie et de sensations!. Pensons donc aux dons d’organe.

Le plus dur à vivre pour ceux qui deviennent invisibles, c’est quand on les oublie, c’est de nous parler par télépathie bien sûr, de nous toucher et qu’on ne les entende pas, ni ne les sente. Alors parlez-leur, dites-leur que vous savez qu’ils sont là et que vous les aimez, ce sera énorme pour eux. Vous imaginez le nombre de gens parti et auxquels on ne pense plus parce qu’on croit qu’ils ont disparu pour toujours!?. Et la peine et la grande déception pour les désincarnés qui continuent de vivre à leurs côtés?.

Pour aider ceux qui partent, de manière efficace, ceux qui font ce petit passage d’environ une heure avant d’arriver dans l’au-delà, ce moment si effrayant et douloureux pour beaucoup, mais qui d’après Le peintre Salvadore Dali, est enfantin: il faut être en paix, dans un grand respect pour leur vie écoulée et une grande tendresse. Il faut savoir que notre chagrin, notre peine profonde, leur fait aussi du mal et pompe leur énergie (l’âme est 100% énergie), en fait ça ne les aide pas à bien s’adapter à leur nouvelle dimension. Il faut donc, être le plus en paix possible, leur témoigner notre tendresse et notre amour car ils nous entendent et ils nous voient exactement comme nous le faisons.

Prier le « notre Père » ou » je vous salue Marie » apaise.

Et puis des semaines plus tard, pour leur plus grand bonheur, il faudra partager toutes joies, et la grâce d’exister, toujours dans une grande tendresse. Notre bonheur leur fait le plus grand bien!. Mais il faut savoir que les désincarnés ne vivent que dans le présent, inutile de leur demander si ils se souviennent de ceci ou de cela.

Essayer de les ressentir, les tire en arrière, pompe leur énergie, il ne faut pas le faire.

Ensuite dans votre quotidien, soyez convaincus avec certitude, qu’ils sont (humains et animaux) avec vous jusqu’à la fin de votre vie et qu’ils vous accueilleront avec tant d’autres, quand vous serez de retour à la maison du Père. Vous devez accepter ce départ et passer à autre chose, soyez sûr(e) que la vie peut encore être belle.

Chaque fois que vous pensez à eux (humains et animaux), comme vous êtes reliés pour toujours, ils le savent instantanément et viennent à vous à la vitesse de la lumière, si vous les appelez et que vous souhaitez leur parler. S’ils se réincarnent avant votre retour, la partie supérieure de leur âme qui reste dans l’au-delà et qui est reliée au cosmos et à la connaissance universelle, captera toujours vos pensées et vos appels. Vous pouvez donc, communiquer avec la partie supérieure de l’âme de la personne que vous aimez et que vous avez « perdu ».

Quelques semaines après le départ pour la maison du Père, lumière de la lumière, vous pouvez avoir des petits signes de la part de la personne que vous aimez: un oiseau qui vient souvent, une lampe qui s’éteint et qui s’allume, des chatouillis dans les cheveux, un rêve où cette personne vous parle, des frissons… Il y en a plein!!Tout dépend de votre degré de réceptivité.

Je communique avec les vivants de l’au-delà depuis des années, je sais maintenant comment ça se passe. Je suis heureuse de partager cette vérité concernant la vie après la vie! Il est temps de vivre la mort autrement!!!.

Voici un joli message de départ éclairé, d’une indienne inconnue

 « Quand je ne serai plus là, relâchez-moi. Laissez-moi partir. J’ai tellement de choses à faire et à voir. Ne pleurez pas en pensant à moi.

Soyez reconnaissants pour les belles années que nous avons partagées.

Je vous remercie de l’amour que vous m’avez chacun démontré. Maintenant, il est temps de voyager seule.

Depuis mon départ, vous pouvez avoir de la peine. La confiance vous apportera réconfort et consolation. Nous serons séparés pour quelque temps. Laissez les souvenirs apaiser votre douleur.

Je ne suis pas loin et la vie continue… Si vous avez besoin, appelez-moi et je viendrai.

Même si vous ne pouvez pas me voir ou me toucher, je serai là. Et si vous écoutez votre coeur, vous éprouverez clairement la douceur de l’amour que j’apporterai.

Et quand il sera temps pour vous de partir, je serai là pour vous accueillir ».

Si vous avez besoin d’aide lors d’un deuil difficile pour vous, je pourrai vous aider: contact@lacompassion.net

 

Qu’est-ce qu’on fera quand on sera mort?

1382873_616850321710389_1127863771_n

Bonne question n’est-ce pas?

Comme la mort n’est qu’un passage vers une autre vie, on a donc encore beaucoup de choses à vivre. Mon guide (qui n’a pas d’ailes bien sûr) m’a dit ceci à ce sujet:

« Cela dépend de chaque individualité et de son évolution passée. Suivant cela, après notre mort et quand on  a un esprit clair, on voit immédiatement sa famille restée sur Terre ou les êtres chers des derniers moments. On sonde alors l’esprit de ces personnes pour savoir si elles nous ont aimé autant qu’on les a aimé. Selon la réponse, et si on est assez fort, on va se demander si on peut aider une personne qui nous était chère, et si on peut l’aider on restera près d’elle pour le faire, mais si on s’aperçoit qu’elle ne nous aimait pas et bien on peut décider de la quitter définitivement. On peut ignorer les choses et les êtres qui ne nous intéressent pas et dans l’au-delà on a la chance d’éloigner les gens que l’on aime pas. On retrouve aussi les gens que l’on a aimé dans cette vie et dans d’autres, dans l’au-delà et quand on est rassuré dans ce nouvel espace, on se demande alors ce qu’on va bien pouvoir y faire. Et là, tout d’un coup, les choses s’ouvrent et il nous arrive un flot d’idées!!!. Suivant ses propres aptitudes, joies et intérêts on fait ses choix. Puis ensuite, on s’installe dans ces références en essayant de les prendre de A à Z. On commence donc à s’initier en cherchant parmi les humains, les personnes qui ont ces aptitudes communes. Par exemple, si on souhaite devenir chirurgien et bien nous irons observer un chirurgien et apprendre le métier de cette façon. On se dit alors: « Est-ce que je suis capable de faire ça dans ma prochaine incarnation? ». Certains étudient plusieurs disciplines à fond. D’autres restent près de leur famille car c’est toujours ce qui réchauffe l’âme. La plupart du temps on essaye d’aider les êtres chers en leur donnant des motivations et de l’énergie.

On a aussi des merveilles à découvrir car à chaque instant, notre regard sait apprécier la vie parce qu’on la ressent pleinement. On a l’impression que notre énergie explose de bonheur dans un gloria avec la plus petite chose regardée. On a l’impression d’être le frère de cette chose ou de cet être, de partager son ressenti, son être.

On voit vivre les humains et quand quelque chose ne nous plaît pas on part immédiatement vers autre chose de plus joyeux sachant qu’on se déplace à la vitesse de la lumière.

On peut aussi faire les voyages que l’on veut sans se déplacer, on en a la vision grandeur nature.

On est toujours dans la lumière, le noir n’existe pas mais les âmes en souffrance sont dans une sorte de brume, de torpeur.

On peut plaisanter et discuter télépathiquement avec nos bons amis et les gens qu’on a aimé. On peut se reposer. Mais il y a des codes et des engagements à respecter quotidiennement pour l’évolution de l’âme.

Un autre côté positif de l’au-delà, c’est qu’on est au courant de tout immédiatement. Et si on pose une question on a immédiatement la réponse qui vient des grands de 5ème dimension qu’on entend mais qu’on ne voit pas. Les grands sont les âmes des dimensions supérieures, les très grands sont les extra-terrestres. C’est comme pour les primaires à l’école qui nomment les grands des classes supérieures.

Pour les êtres lumineux de l’au-delà tout est positif, ils savent que tout est important et que rien n’est négatif.

Le temps est très différent, plus long et plus tranquille. On a le temps de faire tout ce que l’on souhaite, calmement et on ne vit que dans le présent c’est pour cela qu’ils ont du mal à se remémorer certains souvenirs. Ils sont obligés d’aller voir dans les annales akashiques pour nous répondre car au terme de 6 mois environ on perd la mémoire si on a pas demandé à la conserver.

On a un corps qui a l’apparence de celui des incarnés car dans l’au-delà il y a de la matière mais elle est tellement subtile et la vibration tellement! tellement plus élevée qu’on a une apparence recomposée d’après l’âge dans lequel on était le plus fort dans sa dernière vie. Environ 20-30 ans. Vous ressemblerez donc à la personne que vous étiez à cet âge là.

Pour être bien dans l’au-delà, il faut arriver en paix, et être ensuite volontaire pour y vivre tout ce qui est possible d’y vivre, il faut être dans un bon état d’esprit, ce n’est malheureusement pas le cas pour tout le monde. « 

Nous venons ici de parler d’un départ normal dans l’au-delà mais il faut savoir que les âmes traumatisées comme celles qui ont vécu des tsunamis, tremblements de terre, les camps de concentration ou une mort tragique arrivent dans l’au-delà tellement choquées, terrifiées et traumatisées qu’il est dans cet état, impossible de les aider. Par contre, on leur envoie des forces pour que leur temps de souffrance leur paraisse un peu moins long. Elles peuvent rester ainsi, en détresse des mois voir des années. Mais dès qu’elles tapent du pied pour repartir en avant, alors là, on peut les aider et elles vont mieux. Sinon, elles ont l’impression de vivre un cauchemar sans fin. Et les âmes aidantes de l’au-delà doivent conserver leur énergie c’est pour cela qu’elles désertent ces âmes en souffrance extrême au moment des drames, parce qu’elles leur pomperaient toute leur énergie.

Une âme choquée ne peut pas être aidée, il faut qu’elle s’apaise pour recevoir.

Toutes les âmes interrogées disent la même chose.

 


Prière amérindienne à faire lors d’un décès

 

Prière amérindienne lors d’un décès

Si je suis le premier (ère) à décéder.
Que le deuil n`obscurcisse pas longtemps ton ciel.

Que ton chagrin soit courageux mais discret.
Il y a eu un changement mais pas un départ.
La mort fait partie de la vie.

Et les défunts ne cessent de vivre dans les vivants.

Toutes les richesses cueillies au cours de notre voyage.
Les moments de partage, les mystères explorés ensemble.
Les strates d`intimité sans cesse accumulées.
Ce qui nous a fait rire ou pleurer, ou chanter.
La joie de la neige sous le soleil et l`éclosion du printemps.
Le savoir…
Chacun donnant et chacun recevant.
Autant de fleurs qui ne flétrissent pas.

Pas plus que les arbres ne tombent et ne s`écroulent.
Que même les pierres…
Car même les pierres, ne peuvent résister au vent et à la pluie.

Et avec le temps, même les cimes de la montagne majestueuse sont réduites à du sable.
Ce que nous étions, nous le sommes encore. Ce que nous avions, nous l`avons encore.

Tout notre passé conjoint demeure impérissablement présent.

Alors, quand tu marcheras dans les bois, comme nous l`avons déjà fait ensemble. Tu chercheras en vain la tache de mon ombre à tes côtés, et tu t`arrêteras au sommet de la colline, comme nous l`avons toujours fait, pour contempler la plaine.
Et tu remarqueras quelque chose, tout en cherchant comme d`habitude, ma main qui n’est plus là. Et si tu te sens envahie par le chagrin ne bouge pas, ferme les yeux, écoute mes pas dans ton cœur.

Je ne t`ai pas quitté, je marche tout simplement dans ton cœur.

Prières sur la petite mort

1456598_627332993995455_1355091288_n

La mort n’est rien

Je suis seulement dans la pièce d’à côté..
Je suis moi, vous êtes vous..
Ce que j’étais pour vous, je le resterai toujours..
Donnez moi le prénom que vous m’avez toujours donné.
Parlez moi comme vous l’avez toujours fait..
N’employez pas un ton différent..
Ne prenez pas un ton solennel ou triste..
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble..
Priez, souriez, pensez à moi..
Que mon prénom soit prononcé à la maison..
Comme il l’a toujours été.
Sans emphase d’aucune sorte, sans trace d’ombre !
La vie signifie ce qu’elle a toujours signifié..
Elle est toujours ce qu’elle a été..
Le fil n’est pas coupé..
Pourquoi serais-je hors de votre pensée
Simplement parce que je suis hors de votre vue?
Je vous attends..
Je ne suis pas loin,
Juste de l’autre côté…
Charles Péguy

et une autre version

L’amour ne disparaît jamais

La mort n’est rien.
Je suis seulement passé dans la pièce d’à côté.
Je suis moi, tu es toi :
Ce que nous étions l’un pour l’autre,
Nous le sommes toujours.
Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné.
Parle-moi comme tu l’as toujours fait.
N’emploie pas un ton différent.
Ne prends pas un air solennel ou triste.
Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Prie, souris, pense à moi, prie pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison
Comme il l’a toujours été,
Sans emphase d’aucune sorte,
Sans trace d’ombre.
La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié.
Elle est ce qu’elle a toujours été.
Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de ta pensée
Parce que je suis hors de ta vue ?
Je t’attends, je ne suis pas loin,
Juste de l’autre coté du chemin.
Tu vois tout est bien

Canon Henry Scott Holland

Et ma version

La mort n’est rien.
Je suis seulement passé du visible à l’invisible.
Je suis moi mais à l’âge de mes 20 ans, tu es toi :
Ce que nous étions l’un pour l’autre,
Nous le sommes toujours, nos natures ne changent pas.
Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné.
Parle-moi comme tu l’as toujours fait.
N’emploie pas un ton différent.
Ne prends pas un air solennel ou triste.
Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Prie, souris, pense à moi,  donne moi toujours ton amour, ta tendresse et ta joie, prie pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison
Comme il l’a toujours été,
Sans emphase d’aucune sorte, car je vous vois et vous entend exactement comme avant.
La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié.
Elle est ce qu’elle a toujours été : un miracle!.
Le fil n’est pas coupé et c’est merveilleux.
Pourquoi serais-je hors de ta pensée
Parce que je suis hors de ta vue ?
Je t’attends, je suis toujours avec toi,
Juste invisible et je t’aime mieux encore.
Tu vois tout est bien alors continue ton chemin dans la joie, avec moi à tes côtés, et ensemble partageons toujours notre bel amour jusqu’à ton retour.

Mourir ça fait comment? explications et témoignages

1503958_10152295334554311_2038286120_n

En résumé

Si nous acceptons les cycles de la vie et de la mort nous vivons sereinement notre vieillesse. A l’approche de la mort qui dure quelques minutes, l’âme qui siège dans l’hypothalamus, sort par le fameux tunnel et la fontanelle, et la lumière que l’on voit ensuite c’est quand l’âme sort par la fontanelle au dessus du crâne et qu’elle va vivre l’illumination.

Quand on sent que c’est la fin, soyons dans une grande paix et confiance, faisons la paix avec tout le monde et en nous, pardonnons, laissons notre corps au « vestiaire », laissons-nous aller dans la paix, c’est très important et entrons dans l’au-delà ou la 4ème dimension, état invisible car vibratoirement plus élevé, et de retrouvailles avec les êtres chers. Tout en sachant que nous restons près de ceux qu’on aime, qu’on les voit et qu’on les entend comme avant. Nous sommes juste invisibles, plus jeunes et toujours là, bien vivants. Ceci est une vérité.

559777_623622571018083_1068299397_n

Mon père m’a dit 2 ans après sa mort

« Quand on meurt, on quitte son corps, on le voit, et on est heureux de voir qu’on vit encore, on retrouve ensuite les personnes qu’on a aimé. Puis on vous voit et on vous entend tels que vous êtes réellement, comme vous vous voyez et entendez vous-mêmes. Nous sommes des corps de lumière qui tournons comme des toupies, et qui nous déplaçons à la vitesse de la lumière. Nous avons le don d’ubiquité c’est-à-dire que nous pouvons voir intérieurement plusieurs êtres  à la fois. C’est vraiment beau cette continuité.»

Les âmes n’ont pas de nom, de code, ou de numéro c’est la télépathie qui donne immédiatement le contact avec une autre personne, un animal… Ils se parlent en télépathie. Nous avons tous cette télépathie en nous mais les téléphones portables et autres font que nous ne savons plus l’utiliser.

Explication d’un être de la 5ème dimension, Jaol

« Avant de mourir et quand c’est possible, il faut se laisser aller dans une grande paix, ne rien retenir, ainsi le passage se fait plus facilement. Soyez rassuré(e) la vie continue, vous allez retrouvez tous ceux que vous aimiez et vous restez sur terre près des votres. C’est une certitude qui vous fera plaisir.

Il faut savoir que nous avons tous un double  énergétique de nous-même, dans l’au-delà. Ce double  a la même apparence jeune que nous avions dans la vie d’avant celle-ci, dans sa force la plus belle . Ce double a un esprit qui sait tout et qui est plus conscient que nous. Ce double est  un corps de particules extrêmement fines, très fluides. Ce double qui fait partie de nous  est plus puissant que nous au niveau force énergétique. Vous avez sur Terre un certain voltage énergétique cérébral de 1 ou 4, peu importe, celui que vous avez dans votre double est plus fort, plus élevé.

Quand on naît, l’âme de ce double se projette énergétiquement dans les particules de matière pour concrétiser notre corps (lire l’article sur la naissance expliquée par l’au-delà). Nous sommes une projection d’énergie de l’âme (ou conscience). Cette projection se fait par électro-aimantation.

Quand on meurt, on réintègre ce double qui rajeuni 3 ou 4 jours après. Quand notre corps s’use ou que nous n’avons plus de volonté (car il faut de la volonté pour vivre), et bien nous mourrons. A ce moment là, on voit ou non le fameux tunnel qui est la traversée du cerveau, puis on quitte notre corps par la fontanelle et on le voit et on voit aussi une grande lumière, tout autour de soi et notre famille qui nous accueille dans l’au-delà. On voit le visible et l’invisible.

Entre le moment de sortir de notre corps par un craquement de la fontanelle, et celui où l’on va intégrer notre double par sa fontanelle aussi, nous vivons l’illumination.

Mourir ça fait comment? explications et témoignages dans LA MORT ***** (qu'est-ce que la mort? qu'est-ce qu'on fera quand on sera mort? mieux vivre un décès, prières) AcoFractaleAvril2011-1024x709

L’illumination

Le passage entre les deux vies (le visible et l’invisible et de notre corps de matière à notre double) se fait d’abord par le passage « du tunnel », le fameux tunnel des NDE, qui aboutit à une lumière intense et pleine d’amour, qui est en fait, l’illumination, un état intérieur nimbé de sainteté et d’une grande beauté. Nous vivons un encensement total, on partage et ressent la vie la plus intime des fleurs, des animaux, des humains, etc.. Dans l’émerveillement et le respect. C’est sublime à vivre.  Cette illumination totale dure pendant un certain temps et peut donner la sensation d’être longue pour certains mais elle est très breve. Puis nous intégrons notre double.

Quand nous sommes dans l’au-delà, nous entendons toujours les voix des grands de la 5ème dimension que nous ne voyons jamais et  qui nous guident, et vivons un encensement total, on partage et ressent la vie la plus intime des fleurs, des animaux, des humains, etc.. Dans l’émerveillement et le respect. C’est sublime à vivre.

La sortie du corps par la fontanelle

L’âme sort de la fontanelle dans un craquement plus ou moins fort. On voit ensuite après l’illumination, notre corps « mort », et on voit et entend tout, comme avant. On se pose plein de questions car on ne se rend pas bien compte de ce qu’il nous arrive. pour certains, c’est vécu comme un rêve ou un cauchemar. Plein d’âmes assistent à leur funérailles.

L’accueil céleste sans ailes bien sûr!

Notre famille céleste nous accueille pleine d’amour et nous conseille, il faut écouter les voix qu’on entend!Souvenez-vous d’écouter leurs conseils. Mais surtout on peut rester près de ceux qu’on vient de quitter ensuite. Quel bonheur de retrouver ses parents ou enfants décédés, c’est une joie insensée!!.

Le changement d’aspect physique

On change d’apparence physique quand nous réintégrons notre double par électro-aimantation,  nous retrouverons alors l’aspect physique de la plus forte période de notre vie, entre 18 et 30 ans en général. Et si nous mourrons très jeune, et bien nous reprendrons l’aspect physique de notre vie d’avant celle-ci. L’âme est une condensation d’énergie. On a toujours un cerveau et un coeur mais subtils. Quel bonheur pour les alzheimers de retrouver la mémoire, les aveugles de voir, les sourds d’entendre, les paralysés de bouger, les handicapés de marcher, les vieux de retrouver leur 20 ans!!!! C’est prodigieux!

L’aide aux nouveaux arrivés

Restera à nous donner l’énergie nécessaire pour être bien, une nième fois, dans cette nouvelle dimension, la 4ème, d’où l’importance des prières et du soutien d’amour, de respect et de tendresse des incarnés restés en 3ème dimension. Des êtres connus dans nos vies antérieures ou des parents et amis  viennent vers nous pour nous rassurer et nous expliquer ce qui se passe et nous dire d’être volontaire pour être lumineux, sinon on sera déphasé. On fait alors un effort et on décide d’accepter ce nouvel état. On est alors conseillé sur sa vie, on nous dit là tu aurais pu faire ceci ou cela car chaque seconde de notre existence est enregistrée, sans jugement ni culpabilité!!! On nous montre toutes les forces négatives et positives de notre vie. Sachant qu’il vous sera demandé, ce que vous avez fait pour les autres.

Vous pouvez rester très très longtemps dans l’au-delà et y évoluer. Une demi-heure chez nous équivaut à 3 jours chez eux. Vous voyez comme ça peut être long, mais rassurez-vous, dans l’au-delà on ne vit que dans le présent.

L’engagement à faire le bien en devenant guide

Si on a pas réussi comme on le devait, notre vie humaine, alors on va agir positivement sur ce nouveau plan, en essayant de faire quelque chose de bien pour les autres. C’est par exemple, le rôle des guides ange gardien qui nous suivent tous les jours!. Dès que le choix est fait de guider quelqu’un, on leur recommande alors une personne incarnée de mêmes ondes qu’eux, et leur travail consistera à l’aider dans sa mission terrestre. Il fait d’abord un essai, il regarde vivre la personne incarnée et quand elle manque d’énergie, il lui envoie de l’énergie simplement en la regardant, cela se fait naturellement.

304980_363566340408566_1705395805_n

L’au-delà

L’au-delà qui est un état, pas une planète, est avec nous, à notre niveau. C’est là que nous allons quand nous mourrons. Nous serons alors dans un des 3 états possibles:

Le bas astral est un état intérieur de l’âme concernant les gens qui ont un mental difficile et qui font du mal.

Le moyen astral est un état intérieur de l’âme, plus pur et plus évolué.

Et l’astral supérieur est l’état intérieur des âmes très lumineuses et pures.

Le but étant d’évoluer suffisamment pour passer à l’état de l’astral supérieur. On peut alors voir notre monde comme un monde merveilleux si l’on est soi-même très lumineux. L’au-delà est un état où il y a toujours une lumière qui ne fait pas d’ombre, appelée soleil vrai, le noir n’existe pas. ll faut absolument être en paix au moment de mourir, et essayer de ne pas avoir peur de mourir car en fait, ce n’est rien. Après on garde notre nature et notre caractère. Dans l’au-delà il y a des joyeux comme des moroses, des intelligents et des ignorants, des lumineux et des très ténébreux… comme ici!. Mais nous ne voyons que les êtres que nous avons aimé si nous le souhaitons. Ils sont des milliards dans l’au-delà, y compris les animaux, les arbres, les plantes etc… alors heureusement qu’on ne les voit pas tous, et puis on reste en général dans l’endroit qu’on a quitté, près de ceux que l’on a aimé. Il peut y avoir dans une même maison 2 ex maris d’une femme qui sont avec elle, sans qu’ils se voient.

Le karma

Il faut penser aux répercussions suite à nos actions. C’est une loi universelle qui dit: Tu es responsable de tes actes en raison de la loi de cause à effet ou karma. La vie est un combat qui nécessite de la bonne volonté, du courage, de la détermination à vouloir être bien en soi, d’avoir le désir de bien faire et d’aider les autres. Il faut accompagner sa vie et la redresser chaque jour dans le sens positif. Sinon, on le paye dans les vies futures.

Un autre témoignage 

« Même quand on meurt par accident, c’est que notre programme a été rempli et qu’on ne peut aller plus loin. La mort n’est pas prédestinée, elle peut être douce ou tragique, tout dépend de la personne. C’est une question de force intérieure et de souffrance individuelle. Si vous êtes dans une grande sérénité intérieure, confiant dans la vie de l’au-delà, les forces vitales  se défont tout doucement et vous partirez simplement comme si vous sortiez d’un gant. De l’autre côté nous nous retrouvons à l’intérieur d’une forme (le fameux double) qui ressemble à celle que nous avions sur terre et tout à coup nous voyons des êtres venir vers nous. Ils nous montrent tout ce qu’il y a de grand, de beau, et de merveilleux sur la Terre. Soudain, nous voyons avec un regard totalement différent et nous nous sentons ridicules d’avoir vécu notre vie d’homme petitement, enfermés dans notre égo, concentrés sur nos petites histoires terrestres personnelles. Tout devient immense! splendide! spirituel! J’ai du mal à trouver les mots pour vous l’expliquer. De l’autre côté, où résident les bons et les mauvais comme nous, l’obscurité n’existe pas, c’est au contraire la grande lumière!. On voit très clairement et il n’y a plus l’ombre d’une difficulté. Nous sommes, quand nous sommes des âmes lumineuses, dans la joie et le bonheur et nous apprenons et voyageons. N’ayez pas peur! Nous ressentons juste une petite détresse lorsque nous voyons le désespoir de ceux que nous quittons. Nous avons envie de rester avec eux. Nous voulons communiquer avec eux mais ils n’entendent pas ce qui est dur à vivre souvent. Sinon, nous sommes dans une grande fête intérieure, tout est clair, parfait. Nous devenons comme un faisceau lumineux ardent, conscient des forces de la vie autour de nous mais nous n’y participons plus. Les êtres que nous accueillons sont immédiatement dans la Lumière. Quand nous sortons du corps, nous échappons au phénomène d’attraction et de répulsion terrestre. Notre corps est devenu spirituel et ce n’est plus du tout pareil. Ce qui est difficile dans la vie terrestre c’est de faire mouvoir la matière. Si vous quittez la terre avec un mental lumineux et paisible, vous vivrez les premiers mois de votre arrivée dans le bonheur, si vous êtes défaits intérieurement ou traumatisés ce sera plus dur et plus long avant de vous en remettre. (voir témoignage d’Anne Franck). Le moment le plus difficile est celui où nous sortons de notre tête, instant que nous vivons comme un arrachement, mais une fois libéré on est heureux!. Soyez calme et tranquille. Si l’on meurt dans des tragédies, on remonte vers Dieu avec des petits noeuds, et quand on repart sur la Terre, à la naissance suivante, on retrouve le même bilan intérieur noué car on revient toujours avec les références bonnes ou mauvaises de notre dernière vie. Ceux qui partent dans la sérénité renaissent, au contraire comme une fleur!. Les êtres peu évolués ne cherchent pas à s’élever intérieurement et stationnent près de leur corps. Nous essayons de leur parler mais comme ils sont terriblement attachés à ce qu’ils viennent de perdre, ils n’arrivent pas à libérer leur esprit. Ceci est une phase momentanée. A l’instant où l’être humain sort de son corps, son cerveau se met à bouillonner, le film de son passé défile avec tout ce qui lui est arrivé sur Terre, toutes les émotions qu’il a eues, aussi est-il parfois sens dessus-dessous. S’il a été limpide tout se passe paisiblement. Sinon, la personne prend tout à coup conscience de ce désordre, essaye de se rassurer, en s’apercevant qu’elle a fait plus ou moins n’importe quoi. Les forces de la personne luttent au milieu d’informations qui sont relancées et qui ne trouvent pas le repos (le fameux tunnel). Il faut un certain ensuite pour que la personne trouve la paix. Ma mère a mis 9 ans, 9 ans de repos et yalla! Elle est repartie de manière magnifique! 3 jours chez nous équivaut à peu près à 15 jours chez eux.

En partant, dites: « Merci mon Dieu, reprends-moi. » Détendez-vous si vous le pouvez et laissez vous accueillir par votre famille céleste, aider et guider par les voix que vous entendrez en allant vers la lumière.

On dit: « Il ne faut pas déranger les morts » C’est archi faux, les forces données par nos amis ou famille sont pour nous, un grand bonheur! C’est une absurdité de penser que le contact nous dérange, au contraire, il nous donne de la joie! de la force! de la vitalité! Nous nous rechargeons grâce à vous!!. »

Ce que nous devons faire quand nous « perdons » quelqu’un

Ce qu’il ne faut pas faire c’est d’essayer de les ressentir car ça pompe leur énergie qu’on les tire à nous. Juste penser à eux, leur dire qu’on les aime et partager nos joies avec eux. Notre chagrin les rend malheureux et les épuise.

Faire un bon départ

Quelle que soit la vie qu’il a mené, quelles que soient ses erreurs, quand arrive le moment de quitter la terre, chacun peut au moins s’efforcer de partir dans un esprit de paix, d’harmonie, de réconciliation avec tous les êtres, et particulièrement avec Dieu. Dans la religion chrétienne, c’est le sens de l’extrême-onction.
L’extrême-onction, ce sacrement que le prêtre administre au mourant, est fondée sur un vrai savoir : l’état intérieur dans lequel un être humain vit ses derniers moments détermine la voie qu’il va suivre dans l’autre monde, et il joue aussi un rôle important pour sa prochaine incarnation, donc pour son avenir lointain. Ce sacrement est seulement une possibilité qui lui est donnée de quitter la terre dans les meilleures conditions, mais comme tous les sacrements il n’est pas indispensable en tant que rite. Il est destiné à aider ceux qui le reçoivent, mais chacun peut vivre ses derniers instants dans la lumière sans avoir reçu ce sacrement.

« Ce qui aide véritablement un être humain qui quitte la terre pour l’autre monde, ce sont les vertus qu’il a pratiquées pendant son existence. Alors, sachez-le, si vous avez vécu en harmonie avec l’Esprit cosmique, avec les lois de toute la nature vivante, quoi que l’on fasse de votre corps après la mort, et quoi qu’il arrive à ce corps, une lumière vous accompagnera parmi les ombres de l’au-delà. » Mickael Aïvanhov

311642_591201024264610_499110645_n

Les p’tits signes de l’au-delà

Le saviez- vous?

Les âmes qui partent deviennent plus lumineuses et plus performantes ensuite, certaines ont alors des pouvoirs comme celui de se manifester par des frissons, de la chaleur, ou en ordonnant à des petits oiseaux de venir régulièrement sous nos fenêtres, ou encore ils peuvent nous envoyer un sillage parfumé. C’est le cas de Sainte Rita qui embauma tout le monastère d’un parfum de rose, à sa mort, pour exprimer toute sa bonté.

Ma mère me fait un léger gratouillis dans les cheveux côté droit pour me manifester sa présence, grand-père lui c’est sur le sommet de la tête. Vous pouvez demander à ceux que vous aimez dans l’au-delà de vous montrer par un signe distinctif leur présence. Il y a aussi des ouvrages à lire sur les nombreux signes de l’au-delà.

 Il y a assurément, pour les plus lumineux d’entre nous, de belles surprises qui nous attendent dans l’au delà!.

 N.D.E et E.M.I, témoignage

J’étais très jeune, seize ans environ quand j’ai été terrassée par une immense frayeur alors que j’étais en voiture : un accident allait se produire et j’allais en mourir : la voiture allait passer sous un camion.

Ce fut une aspiration irrésistible dans un tunnel vers une lumière comme on n’en a jamais vu, ni même pu imaginer. Pendant ce passage, j’ai vu se dérouler tout le film de ma vie, en image mais aussi émotionnellement, avec mon être tout entier, si l’on peut dire corps et âme. Je n’ai  vu et ressenti que les moments  d’amour et de bonheur, comme si les difficultés ou les souffrances n’étaient pas prises en compte, un amour inconditionnel. Au bout du tunnel resplendissait un Être de lumière d’une blancheur éclatante ; pour moi, élevée dans la religion chrétienne, j’ai pensé au Christ. J’étais dans un état de totale béatitude, submergée d’amour, de bonheur, de paix, de douceur, il n’y a pas de mots qui puissent le définir…

Puis brusquement ce fut le chemin inverse, le tunnel dans l’autre sens, la même aspiration irrésistible, la réincorporation et la grande déception de me retrouver au point de départ, dans la voiture. À ma grande stupeur, l’accident ne s’était pas produit et je n’ai toujours pas compris comment j’avais pu y échapper, une amnésie totale du monde matériel, je ne me suis jamais souvenu  comment cet accident avait été évité.  J’ai été tellement choquée que je suis restée environ dix minutes, sans pouvoir prononcer une parole, les jambes vraiment coupées, avec l’angoisse même de rester muette et paralysée. J’ai été très soulagée lorsque j’ai retrouvé mes facultés, mais mon cœur a continué vraiment  à tambouriner un long moment.

Je pense que cela a été un “ flash ” d’une extrême rapidité, de quelques secondes au plus, mais d’une telle densité et intensité  que ce que j’ai vécu me semble vraiment indicible et que je pourrais en parler indéfiniment pour essayer d’en exprimer tout mon ressenti.  Il me semble même que de tenter de décrire cette expérience risque même d’en amenuiser le merveilleux, car les mots ne suffisent pas.

J’ai été véritablement marquée et, depuis, je n’ai jamais douté de la  survivance d’un état de conscience après la mort.  Cependant ce n’est que plusieurs dizaines d’années après que j’ai appris ce qu’était une NDE, lorsque je fus accompagnante en soins palliatifs, où j’ai pris connaissance des œuvres d’ Elisabeth Kübler Ross, de Raymond Moody, de Patrice van Eersel, du Père Brune et bien d’autres encore. J’ai appris alors, que c’était ce que j’avais réellement vécu.

Jamais je n’ai eu quelque angoisse par rapport à cette expérience, je n’ai jamais ressenti le besoin d’en parler; Cependant elle m’a beaucoup interpellée et  je pense qu’elle m’a donné un chemin de vie.

J’ai été confrontée tout au long de ma vie au monde médical : J’ai fait partie d’une équipe médicale en tant que kinésithérapeute dans les hôpitaux. Par la maladie, j’ai eu l’expérience des soins de réanimation.

Cette remarque est juste pour exprimer que l’état de coma, et les effets de la morphine s’ils donnent des effets « spéciaux » Une NDE n’a rien à voir avec une hallucination, j’ai bien été au  ciel avec des nuages roses et bleus, des petits anges et un grand bien être, mais ce n’est aucunement comparable.

Ces dernières années, j’étais accompagnante de malades en soins palliatifs. Je m’occupe actuellement d’enfants cancéreux et leucémiques. Ces diverses expériences m’ont confrontée à la souffrance, la mort et m’ont interpellée sur l’après mort.

J’ai constaté que comme une EMI une agonie était propre à chacun. Chaque agonie est unique et garde son mystère et je restais très interpellée par rapport à ce qui pouvait se passer dans le cerveau, de l’état de conscience, de la limite réelle entre la vie et la mort.

Il faut noter que de telles expériences ne sont pas toujours vécues généralement lors d’arrêts cardiaques et de comas ou de mort imminente. Certaines personnes les ont expérimentées simplement après un état de choc au cours d’un accident, une immense peur comme cela s’est produit pour moi, un lâcher prise lorsqu’on a eu la certitude de se noyer ou tout simplement au cours d’une promenade tranquille dans un parc, à la terrasse d’un café, ou encore comme le raconte Erik Pigani, grand pianiste classique lors d’un concert qu’il donnait. Ce dernier explique comment pendant qu’il jouait au piano, il était sorti de son corps, était passé dans la lumière et avait fait une expérience d’illumination magnifique. Lorsqu’il était revenu dans son corps, il avait terminé son morceau, mais il n’avait plus le souvenir de l’avoir joué ; il a été constaté que la qualité de l’interprétation avait été supérieure.

Les chercheurs comparent souvent ces expériences à des hallucinations produites par un traitement pharmacologique ou différentes drogues.

J’ai été moi-même en réanimation plusieurs semaines et si j’ai vécu des phénomènes paranormaux, il n’y avait aucune mesure avec un ressenti de NDE.

J’ai reçu une forte dose de « morphine » et effectivement je me suis retrouvée au-dessus de mon corps dans un état de bien-être total, entourée de lumière et d’anges emplis d’amour et de bonté, mais il n’y avait absolument pas cette sensation que tous les témoins affirment être « indicible » ou « ineffable », qui  marque pour le restant de ses jours.

Le suicide

Il est formellement interdit de se suicider.

Les gens qui se suicident arrivent presque toujours dans l’au-delà complètement défaits et il leur faut des mois, voir des années à s’en remettre.

Les envies suicidaires sont très souvent d’origine karmique, les mémoires de suicides ou de traumatismes de vies antérieures remontent à la surface dans des périodes critiques de l’existence et redonnent à la personne ce même désir ou le bouleversent complètement. Parfois les karmas sont tellement lourds (assassinats et ou suicides et ou viols et ou rejets et ou abandons dans plusieurs vies antérieures) que c’est très difficile à soigner. Mais en général les dépressions conduisant au suicide sont soignables à condition que la personne participe avec volonté pour s’en sortir.

Les pratiques hospitalières pour traiter les grosses dépressions sont désastreuses, les électrochocs lèsent les neurones et affectent la mémoire, rendant alzheimer certains sujets. Il ne faut jamais en faire, c’est une catastrophe pour le cerveau. Les médicaments rendent les gens végétatifs incapable de volonté et de décision sur leur triste sort, ils se retrouvent à la merci d’une équipe de soignants ignorant que le mal des patients est karmique et que ce n’est qu’un magnétiseur qui peut les soulager et non des somnifères ou des anti-dépresseurs.

Pour éviter d’en arriver là, il faudrait procéder à un nettoyage karmique dès la naissance ou dès les symptômes alertants, et consulter un magnétiseur comme moi qui soigne les dépressions par le magnétisme.

Comprenez que l’origine du mal vient de nos vies antérieures, assistez toujours les personnes en détresse, rassurez-les en leur disant que ce sont des mémoires antérieures qui remontent, qu’il ne faut pas se focaliser dessus mais au contraire, ne pas y penser, être volontaire pour s’en sortir en se faisant aider, par un magnétiseur, une sophrologue, un kinésiologue, une psychologue etc…mais évitez l’hospitalisation.

Il est grand temps d’apprendre à mourir, à l’aube de l’ère spirituelle du Verseau.

 

 

 

 

 

 

 

.

 

christestseigneur |
Le journal de la Grenouille |
israel12 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Source de Vie
| courspdv
| paroissesaintemariemadeleine