Archive | MA CONVERSATION AVEC BOUDDHA*** RSS feed for this section

Ma conversation avec Bouddha

1382805_1404939679742235_357397120_n

Le bouddhisme remonte au 6ème siècle avant Jésus-Christ. Le fondateur de ce grand mouvement fut Bouddha que l’on appelle aussi Sakyamuni ou Gautama. Son nom de naissance était Siddhârta. Quand il parlait de lui-même il disait Tathagata: celui qui a trouvé la vérité. Il était le fils du Roi Suddhodhana et de la Reine Mahamaya. Alors qu’il a tout pour être heureux, la souffrance du monde qui l’entoure remplit son âme d’inquiétude et plus il pense aux cruelles réalités de la vie, plus il est décidé à trouver un moyen de s’en affranchir. Sa bonté et sa grande sincérité sont ce qui frappe le plus chez Bouddha. Le bouddhisme a donné un idéal élevé de paix, de douceur, de tolérance, de bonté et d’hospitalité, le soin des malades, la poursuite du bien et du beau, la compassion envers tout ce qui vit et qui respire.

J’ai demandé à lui parler, notamment au sujet de son illumination. Il est maintenant en 7ème dimension, ouvrier mécanicien:

« Je vois que je suis appelé et cela m’amuse follement! Je ne suis plus le même bien sûr, tout cela est bien loin et depuis j’ai changé énormément et j’ai appris beaucoup de choses. Mais profondément, je n’ai jamais changé parce que j’ai toujours une grande reconnaissance pour tout ce qui existe. Quand je méditais à cette époque, j’étais dans un grand remerciement et je voulais rester comme ça et ne rien faire qui me nuise et perdre ce contact avec ce qu’il y a de plus lumineux. Ma vie de Bouddha était dans le rayonnement, j’étais tout le temps dans la grâce, dans une lumière tellement éclairante de l’intérieur que je n’avais envie de rien faire. Souvent je n’avais même pas envie de manger, ni de boire. J’étais tellement bien et tellement lumineux que je ne voulais surtout pas bouger. C’est la seule vie où j’ai été dans cet état intérieur de grâce. J’étais tellement dans le bonheur et le remerciement que j’ai vécu l’illumination, cette grâce qui nous ai normalement donné au moment où l’on va mourir, où l’âme va sortir de la fontanelle et qui ne dure pas longtemps. Je l’ai vécu avec une grande sanctification. Je me suis dit, tu as ce qu’il y a de plus beau, de plus lumineux, tu sais vraiment ce qui donne le plus de joie dans les forces qui sont données au cerveau, alors reste comme cela avec satisfaction. Je ne cherchais pas à me dire si je devais ou non penser aux autres, j’étais ainsi et je ne voulais surtout pas en sortir. Tout devient magnifique quand on est dans l’illumination, on a une communion avec tout. Quand tu te mets à regarder un arbre ou une plante tu as l’impression d’être leur sœur, et qu’ils existent en toi, et qu’ils font partie de toi. Tout semble plus beau que la normalité des choses. C’est vraiment une grâce qu’on ne contacte généralement qu’avant la mort, mais je ne suis pas mort, j’ai donc voulu garder cette communion et cette paix intérieure. J’ai partagé tout cet enseignement qui était tellement beau, que j’avais vécu et qui m’avait transcendé. J’essayais de l’expliquer aux gens, j’essayais de leur montrer que c’était cela le merveilleux, le divin, la lumière la plus belle. J’étais en Inde où il y avait une grande spiritualité, j’avais donc des fidèles à qui je parlais de cette expérience et qui ont transcrit ce que je leur expliquais.

Je suis ensuite parti en 5ème dimension où là j’ai changé complètement, je devais travailler comme tout le monde, faire ma part, j’ai donc travaillé pour aider ma famille. Mais moi j’aurais souhaité continuer ma vie de Bouddha, mais ma famille avait besoin d’être aidé car elle n’était pas riche.

Le seul conseil que j’ai à vous donner c’est de rester disponible aux forces de la vie, à traiter. Il ne faut pas s’isoler en ignorant les nécessités qui sont très proches de soi. Respectez la lumière et remerciez Dieu toujours. Je sais que j’ai des millions d’adeptes et je suis d’ailleurs très fort intérieurement parce que j’ai beaucoup de lumières qui viennent vers moi.

On m’avait donné le nom de Bouddha qui voulait dire lumière de la vie. Quand on est dans la lumière on ne fait jamais de mal à personne. Tous les grands méditants recherchent à vivre l’illumination.

Cela m’a donné de la joie de vous parler. Merci . »

C’est maintenant un homme de sainteté qui a une femme très lumineuse et un petit garçon, ce sont des gens de douceur, de bienveillance et de bonté.

Etre comme eux, c’est ce que l’on souhaite pour l’humanité.

christestseigneur |
Le journal de la Grenouille |
israel12 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Source de Vie
| courspdv
| paroissesaintemariemadeleine